Une conversation fluide au premier rendez-vous

Démosthène proposait d’apprendre à parler avec des cailloux dans la bouche. C’est une idée, mais il y a d’autres manières, plus simples, d’améliorer son éloquence pour un premier rendez-vous. Voici quelques suggestions qui vous aideront à éviter bredouillements incommodes, improvisations et déraillements incontrôlés.

Démosthène proposait d’apprendre à parler avec des cailloux dans la bouche. C’est une idée, mais il y a d’autres manières, plus simples, d’améliorer son éloquence pour un premier rendez-vous. Voici quelques suggestions qui vous aideront à éviter bredouillements incommodes, improvisations et déraillements incontrôlés.

Qui a peur du grand méchant silence ?
Tout d’abord, sortez-vous de la tête cette idée selon laquelle le silence est votre pire ennemi. La peur du silence est responsable d’une grande partie des déboires conversationnels des premiers rendez-vous.
Détendez-vous face au silence. Il vous permet en effet de ménager des pauses dans votre rencontre, des respirations durant lesquelles vous :
– Rebondissez sur ce qui vient de vous être dit, plutôt que d’être en train de déjà penser à la prochaine chose que vous pourriez dire ;
– prenez le temps de souffler un peu, de respirer, d’échanger sourires ou signes d’une complicité naissante ;
– regardez autour de vous (ce qui vous permet, en passant, de trouver le prochain sujet de conversation, du type : « Tiens, tu as vu… »).

De quoi parler ?
Même si c’est un premier rendez-vous et même si vous ne vous connaissez que peu, il y a plusieurs sujets de conversation que vous pouvez « préparer », pour vous sentir plus sûr(e) de vous-même au moment d’aborder le tête-à-tête.
Parlez de l’autre. Vous avez forcément quelques informations sur lui/elle, utilisez-les (« J’ai regardé ton blog, et je trouve que… », « Tu habites dans ce quartier ? Tu ne connais pas tel bar, ou tel restaurant… ?). Mais à utiliser avec parcimonie, certaines personnes pourraient s’offusquer d’apprendre que vous avez tapé leur nom sur un moteur de recherche…
De manière générale, poser des questions (« tu travailles dans le consulting… Qu’est-ce que c’est exactement ? », « J’ai vu que tu aimes l’équitation : tu montes toujours à cheval ? Où ? Depuis quand ? », etc.) est une bonne stratégie pour « meubler » sans avoir besoin de parler beaucoup tout en donnant une image positive (vous vous intéressez à l’autre).
Parlez de ce qui vous entoure : le café, la place, le parc, les gens, etc.
Parlez de vous-même. Veillez cependant à ne pas monopoliser la conversation avec ce sujet. En règle générale, il conviendra d’attendre qu’on vous sollicite pour aborder ce thème. Vous pourrez également manier l’autodérision, afin de susciter de la sympathie chez l’autre.

Comment rendre ma conversation plus fluide ?
Pour rendre la rencontre plus agréable et l’échange plus facile, pensez à :
– Etre présent. Si vous être préoccupé(e) par le devenir de votre conversation, vous pouvez être tenté(e) de ne pas être totalement attentif/ve à ce que l’autre vous dit pour penser déjà à ce que vous pourriez dire ensuite. N’en faites rien : vous perdriez ainsi de nombreuses occasions de vraiment échanger.
– Etre prêt(e) à rebondir à partir de ce que vous dit l’autre. Si vous êtes présent à la conversation, vous pourrez toujours vous appuyer sur ce que dit l’autre, par exemple en recourant aux associations d’idées (« Ah, ça me rappelle une anecdote… »).
– Etre curieux/se. Vous pouvez également rebondir en demandant des précisions, en posant des questions, en vous intéressant, simplement, à ce que l’autre vit.
Lors d’un premier rendez-vous, le silence, les questions et la conversation de l’autre sont vos meilleurs amis : utilisez-les !