L’entourage, un soutien dans mes recherches ?

Nouvelle ère, nouveaux repères. À l’heure d’Internet et des rencontres virtuelles, trouver l’amour est parfois un défi collectif.

MAMAN, COMMENT TU LE (LA) TROUVES ?

« Maman, viens voir sa photo, qu’est-ce que tu en penses ? » « Seb, viens voir ce qu’il m’a écrit, tu crois que c’est un pervers ? » « Eh, les gars, il veut qu’on se rencontre, vous pensez que c’est une bonne idée ? »… Fini le temps des amours secrets, l’époque est au partage. Internet a changé le mode opératoire des rencontres amoureuses : désormais, on ne présente plus sa conquête après l’avoir rencontrée, mais avant : photos, vidéos, discussions et autres réseaux sociaux, la rencontre est la fin du parcours, pas le début.

Et au cours de cette quête virtuelle du potentiel amour, l’entourage joue souvent un rôle fondamental : entre encouragements, conseils et mises en gardes, les uns poussent, les autres retiennent. Cette fois, plus question d’aller contre l’avis général pour faire sa/son « rebelle », la prudence est de rigueur : qui sait quel sérial dragueur pourrait se cacher derrière cette adorable frimousse ? D’ailleurs, pour le tester, vous avez demandé à votre sœur de créer un faux compte et de tenter de le séduire… Bien plus que dans la « vraie vie », les doutes et les interrogations font rage sur la planète 2.0, et l’idée de s’aventurer sans filet dans les dédales de ce labyrinthe virtuel vous fait un peu peur. Vous avez bien raison : demandez l’avis des vôtres, écoutez les recommandations des uns et des autres, mais attention pour autant à ne pas détruire toute la magie de ce possible amour…

UN JARDIN SECRET

Alors, oui, les données ont changé. Oui, vous ne savez pas qui il (elle) est vraiment. Mais le savons-nous jamais aux balbutiements d’une histoire ? Et sa photo, l’auriez-vous vue avant si vous l’aviez rencontré lors d’une soirée, à la boulangerie ou au supermarché ? Alors oui, les risques existent sur Internet, mais ils ont toujours existé.

Seule nouveauté : l’avalanche d’informations dont nous disposons grâce (ou à cause ?) d’Internet et qui nous permettent de mieux savoir où l’on met les pieds… Mais en chemin, ne perd-on pas aussi en magie, en surprise, en romantisme ? Sans pour autant prendre des risques inconsidérés, peut-être devriez-vous laisser davantage de place au spontané, vivre cette histoire comme elle se présente, sans papa, sans maman, sans leur avis sur son physique, sa carrière ou sa maison de campagne…

Et puis, pensez un peu à l’avenir : si cette histoire venait à fonctionner, aimeriez-vous que votre entourage en sache autant sur votre conjoint ? Parce qu’aujourd’hui, en disant à votre mère qu’il porte des slips et que ça vous embête, vous n’y avez pensé, mais s’il devient le père de vos enfants, peut-être n’aimeriez-vous pas que votre mère puisse l’imaginer dans ce genre d’accoutrement ? Probablement pas. Veillez à préserver votre jardin secret, même sur Internet.

Conclusion : oui aux recommandations, aux mises en garde, aux précautions, non au voyeurisme et à l’impudeur. Souvenez-vous : avec un peu de chance, ce qui a commencé à 15 ne finira qu’à 2. Et c’est tant mieux.