Une façon originale de dire « je t’aime »

Ce ne sont que trois petits mots, mais quel pouvoir ! Dévoiler ainsi votre cœur à quelqu’un est toujours un moment très spécial. Certains vont parfois au-delà du raisonnable et concoctent des gestes romantiques incroyablement personnels et attentionnés. Que les histoires qui suivent vous inspirent si vous cherchez une manière originale d’exprimer votre amour.

« Je t’aime. »
Ce ne sont que trois petits mots, mais quel pouvoir ! Dévoiler ainsi votre cœur à quelqu’un est toujours un moment très spécial. Certains vont parfois au-delà du raisonnable et concoctent des gestes romantiques incroyablement personnels et attentionnés. Que les histoires qui suivent vous inspirent si vous cherchez une manière originale d’exprimer votre amour.

J’ai reçu mes bonbons préférés de la part de mon chéri
« Un soir, mon homme et moi sommes allés au cinéma. Je lui ai raconté que je n’aimais que les Fruitellas roses – il y avait tant d’autres parfums ignobles (l’orange a reçu un accueil particulièrement dur). Quand on s’est revus, il m’a offert une boîte remplie de Fruitellas roses avec une lettre m’expliquant qu’il s’était rendu compte qu’il m’aimait quand il a vu que je pouvais m’emballer pour un sujet aussi idiot que les bonbons… et qu’il m’adorait toujours. Je m’en souviens encore aujourd’hui. »
Marie Lemaître, 29 ans, Bordeaux

Il s’est mis à l’épreuve… et on a tous les deux gagné
« Je sortais avec ce mec avec insouciance, et on a fini par tomber petit à petit amoureux l’un de l’autre. Mais je crois qu’on était tous les deux trop timides pour se l’avouer… Jusqu’au jour où on s’est retrouvés couchés sur la plage. Je lisais le Elle, dans lequel il y avait un quiz « Est-ce de l’amour ou du désir ? » Chose étonnante, il a proposé spontanément de faire le test, et a répondu à toutes les questions – sauf à celle qui demandait s’il préférait le football à sa petite amie – avec beaucoup « d’amour ». À la fin du test, j’avais ma réponse ! »
Sandra Henin, 30 ans, Clermont-Ferrand.
Les grands esprits se rencontrent, même quand ils n’ont pas le même rituel matinal
« Je ne bois pas de café, mais mon petit ami à l’époque en buvait. Un matin, après avoir passé la nuit chez lui, j’en ai donc préparé. Surpris, il m’a demandé pourquoi, puisque je n’en prendrais pas. Le sourire en coin, je lui ai répondu que c’était ma façon de lui dire “Je t’aime”. Il a plaisanté, disant que je devrais le faire plus souvent, et c’est ce que j’ai fait. C’est devenu un rituel, et chaque fois que je faisais du café, je lui disais “Je t’aime”. J’en préparais parfois après une dispute, et j’obtenais toujours un sourire. Un jour, en faisant des courses au Casino, je me suis retrouvée dans le rayon électroménager. Il y avait un moulin à café. J’ai rigolé, je l’ai pris, et je suis rentrée chez lui. Quand je lui ai offert, il a eu un fou rire. Je ne comprenais pas, jusqu’à ce qu’il aille dans son armoire et en sorte un moulin à café ! Il m’en avait acheté un aussi, pour que je puisse lui déclarer ma flamme plus souvent ! »
Charlène Perez, 32 ans, Laval

J’étais de tout cœur avec elle
« Ma petite amie était plutôt du genre tendue, mais je ne l’avais jamais vue aussi mal que le matin avant un entretien d’embauche super important. Elle voulait vraiment ce job, et faisait une fixation sur les moindres détails de son apparence, se parlant devant le miroir en répétant ce qu’elle leur dirait. Je l’ai regardé partir dans un tourbillon de stress, et cinq minutes avant qu’elle ne passe l’entretien, je lui ai envoyé un texto, car je savais qu’elle regarderait son portable juste avant de rentrer pour le mettre en silencieux. Le message disait : « Je crois en toi. Tu es une femme incroyable, talentueuse, et un atout pour n’importe quelle société qui souhaite t’engager. Je suis avec toi, bonne merde ! » Elle m’a dit que le message était arrivé juste au bon moment, et que ça l’avait calmée de savoir que je la soutenais. Elle a cartonné pendant l’entretien et a obtenu le boulot… et a pris connaissance de mes sentiments pour elle. »
Michel Pascaud, 26 ans, Bruxelles

Il a dévoilé ses sentiments pour moi avec un colis surprise
« J’étais tellement malade un jour que je ne pouvais plus bouger de mon canapé. J’étais vraiment très affaiblie, et j’ai dû deux prendre un ou deux jours de congé. Je me demandais comment j’allais passer le temps (étant donné que je ne suis une fana de séries ou de jeux télévisés), jusqu’à ce que mon petit ami passe chez moi en allant au boulot. Il m’a apporté une boîte remplie de films de nanas – La revanche d’une blonde, Dix bonnes raisons de te larguer, Working Girl, Quand Harry rencontre Sally… etc. La liste était interminable. Plein de prévenance, il avait ajouté des romans à l’eau de rose, des magazines people, et des médicaments contre le rhume pour m’assommer au cas où le reste ne marcherait pas. Puis il m’a téléphoné tout au long de la journée pour voir si j’allais bien. C’était adorable, et il m’a montré qu’il tenait à moi, et surtout qu’il écoutait ; cette pile de film à elle seule en était la preuve. »
Jennifer Doulan, 30 ans, Valenciennes

Sa prévenance m’a rassurée pendant nos premières vacances en amoureux
« Mon petit ami et moi sortions ensemble depuis quelques mois seulement quand on a décidé de partir en week-end à deux à Ibiza. Vous voyez ces coffres-forts intégrés dans les armoires ? J’y mets toujours mes affaires importantes, comme le contenu de mon portefeuille, car je déteste avoir plus d’une pièce d’identité, un peu de liquide et une carte de crédit dans ma poche. On était en train de se préparer pour sortir quand j’ai voulu ouvrir le coffre, sans succès. Je lui ai demandé s’il l’avait déjà programmé, et il m’a répondu « Oui, le code est le 0602. » J’étais stupéfaite, c’était ma date d’anniversaire ! Quand je lui ai annoncé, il m’a répondu « je sais », m’a adressé un petit sourire, et a continué à se préparer. J’étais sidérée pendant presque toute la soirée, surtout que je n’y avait fait allusion qu’une seule fois en passant. Ce petit geste m’a prouvé que non seulement il faisait attention à ce que lui racontais, mais que j’avais une place dans son cœur et son esprit. »
Jeanne Boulanger, 31 ans, Paris

Le chemin menant jusqu’au cœur ? Par notre estomac, bien sûr !
« Ma petite copine et moi avons une façon un peu bête de nous dire “je t’aime”. On prépare tous les deux notre pique-nique pour le déjeuner, et en général on fait des sandwichs. Plutôt que de désigner l’un de nous deux comme cuisinier, on a fait un pacte : qu’on soit chez moi ou chez elle, celui qui est prêt en premier est chargé de cette corvée quotidienne. Une agréable tradition s’est à un moment instaurée : on laisse des petits mots doux dans le sac de l’autre. C’est parfois un simple bout de papier disant “Je t’aime”, ou “Cette nuit était torride !”. Ou encore un mot absurde comme “ton amour vaut mieux que cette charcuterie !”
Paul Prevaut, 38 ans, Nantes