Rencontres Meetic / Accueil / Love Your Imperfections / Meetic a rencontré Victoria Bedos pour la sortie du film « Vicky » !
share on facebook

Meetic a rencontré Victoria Bedos pour la sortie du film « Vicky » !

Gaumont Distribution

Mardi 31 mai, le rendez-vous était donné dans un grand hôtel du centre de la capitale pour une interview de la comédienne, chanteuse et scénariste Victoria Bedos (eh oui tout cela à la fois !). Fille de Guy Bedos et sœur de Nicolas, Vicky marque son premier « grand rôle » sur grand écran. Naturelle et décontractée, la jeune femme de 32 ans nous a reçus pour un petit entretien autour du film et du dating. On vous laisse sans plus attendre découvrir cette épatante rencontre entre l’équipe de Meetic et la comédienne :

UpToDate : Bonjour Victoria ! Vicky, le titre du film, c’est votre petit nom quand vous êtes en couple ? Ou vous en avez d’autres ?

Victoria Bedos : Vicky c’est ma famille qui m’appelle comme cela : mon père, mon frère et ma mère ainsi que mes amis d’enfance. En couple, on m’appelle mon cœur ou mon amour, c’est assez classique. Et pour mon père c’est : « ma princesse ».

La chanson est un thème récurrent dans vos films, pour quelle raison?

Tout d’abord parce que je chante ! La Famille Bélier (son premier film comme scénariste NDLR) je l’ai écrit lorsque j’ai commencé à chanter au même moment où naissait le personnage de Vicky Banjo. Ma culture est très musicale, j’ai moins de références cinématographiques que musicales. Lorsque j’écris j’ai toujours une musique dans ma tête. Pour La Famille Bélier c’était « Mes chers parents je vole ». Pour Vicky, ce sont des chansons plus rock, extrêmement rythmiques comme du Elvis Presley.

Dans le film vous baptisez votre sexe « Claude » ? Vous connaissez des gens qui donnent un nom à leur sexe ?

Il y a beaucoup d’hommes qui donnent un nom à leur sexe, ce que les femmes ne font pas. C’est le réalisateur qui a eu l’idée de trouver un nom, moi j’étais dans mon bain et je me suis dit : « Et si je l’appelais Claude comme un vieux monsieur ? ». C’est un truc très enfantin : moi je donne des prénoms aux peluches, je suis assez animiste, ça me rassure. Nommer son sexe ça le personnalise. Je sais que mon homme appelle son sexe « Bobby », mais c’est très embêtant car c’est le surnom de mon père…

Vous avez « vu le loup » tardivement, ou ça c’est le côté fictionnel ?

C’est vrai ! J’étais précoce scolairement et en retard physiquement. J’ai beaucoup sacralisé l’acte d’amour et cela me faisait très peur. J’ai eu un corps de femme très tard (des seins à 22 ans), tout à été un peu laborieux.

Il y a une scène d’orgasme très sonore à la Harry rencontre Sally… Ça fait quel effet de tourner une scène de cinéma hot au lit ?

Michaël Cohen, l’acteur qui couche avec moi dans cette scène, est un ami de mon frère. Je savais que ce serait bienveillant avec lui. Le jour du tournage, il est arrivé avec des petites bouteilles d’alcool pour désinhiber et il m’a dit : « Vicky je pense qu’on ne va pas y a arriver si on ne se bourre pas la gueule… ». Les bruits que l’on entend sont des gémissements de douleur car j’avais une côte cassée, en fait ! Personnellement j’ai une pudeur inversée. Il m’est plus difficile de parler d’amour que de parler de sexe. La scène du baiser sur la bouche était plus difficile à tourner que la scène de sexe qui est très ludique.

Vicky

François Berléand, votre père dans le film, est gêné lorsque l’on parle de sexe. C’est le cas de votre père Guy Bedos ?

Absolument. Mon père possède un langage très cru, mais il est gêné lorsque l’on parle de sexe. C’est très méditerranéen. Ce qui se passe avec moi, il ne veut pas le savoir !

Chantal Lauby (la mère) tient aussi le rôle de la meilleure amie, l’adjuvant ou le « sidekick » de Vicky. Pourquoi ne pas avoir incorporé un(e) meilleur(e) ami(e) aux côtés de cette célibataire trentenaire ?

Nous avions tourné les scènes avec ma meilleure amie « Pauline » pour faire un film choral, mais on a finalement dû sacrifier ce personnage pour l’économie narrative et ainsi recentrer l’action sur Vicky.

On retrouve un peu votre frère dans le personnage de MOY (et surtout de Tim) en Don Juan, c’était une source d’inspiration?

Oui, j’ai mélangé plein de personnages. Ce film parle des gens connus, dans la vraie vie mon frère (Nicolas Bedos NDLR) est beaucoup plus torturé. Dans ce film, on parle de l’ego des célébrités, et on pousse le curseur au maximum.

Le film est une autofiction. À quel degré est-ce une autobiographie ou à l’inverse de la fiction ? Votre famille a vu le film?

Ce qui est très personnel c’est comment le personnage de Victoire se transforme en Vicky. J’ai eu besoin de m’affirmer en chantant et en créant le personnage de Vicky Banjo. Les parents dans le film sont un peu inventés, ou redessinés, car mon père est beaucoup plus tendre. J’ai mélangé des personnalités comme Michel Bouquet, François Berléand ou Guy Bedos pour le créer. C’est une caricature dans le film. Quant à mon frère, il ne m’a jamais dit ce qu’il dit dans le long-métrage ! Ils ont adoré le film !

Si vous n’aviez pas été actrice-scénariste-chanteuse, qu’auriez-vous fait, un métier artistique ou pas du tout ?

Non pas du tout. Jeune j’étais obsédée par les animaux. Pratiquant l’équitation je voulais absolument travailler dans ce domaine, mais j’étais nulle en maths… Je n’avais absolument pas l’envie d’être artiste car pour moi c’était synonyme de faille et de fêlure. J’ai découvert l’écriture à la fac, lors d’un atelier, et ce fut une révélation.

Vous êtes en compétition avec les autres membres de votre famille ?

Non pas du tout ! Je vis les derniers moments de mon anonymat. Je connais la célébrité pour avoir cohabité avec des gens connus. Mon père a besoin de l’amour du public, dans la rue il cherche le regard des gens. Mon frère en revanche, ça peut l’agresser la célébrité. De mon côté, j’aime bien l’anonymat : sortir mal coiffée, etc… Et surtout j’ai envie de faire la fête tous les soirs, boire de la vodka !

vicky

Vous êtes plutôt hommes séducteurs (Moy et Tim) ou hommes réservés?

J’aime admirer un homme, sans qu’il m’écrase toutefois. Je suis heureuse en ce moment car, pour la première fois, je suis dans un couple équilibré où il n’y a pas de rapports de dominants/dominés. Je suis avec un type qui m’admire et surtout qui ne fait pas le même métier que moi. Sortir avec un artiste, je ne peux vraiment pas : j’en ai trop dans ma famille !

Comment un homme peut-il vous faire rire?

J’apprécie l’humour enfantin. Quelqu’un qui fait semblant de tomber à la Charlie Chaplin m’enchante. Ça me rappelle les blagues de mon père quand j’étais petite avant d’aller au lit. Ce qui me fait rire c’est quand je vois l’enfance resurgir.

On ne peut pas s’empêcher de voir une femme-enfant en Vicky? C’est votre cas ?

Absolument ! Vous voyez dans mon sac j’ai des bonbons, des sucettes (elle montre son sac NDLR). J’ai essayé de passer à la clope : j’aime bien, mais pas trop ! Le film est très enfantin et féerique, à mon image. J’ai même une formule magique tatouée autour du poignet…

Pour reprendre un titre d’une chanson du film : vous couchez le premier soir ?

Tout à fait ! (Elle rit ! NDLR)

Quelle est la déclaration d’amour la plus romantique que l’on vous ait faite (ou que vous ayez faite) ?

L’homme avec qui je devais me marier m’a fait sa demande en mariage en se déshabillant totalement. J’ai ouvert la porte et il était tout nu, à genoux avec la bague. Ça m’a bouleversé.

Quel film proposeriez-vous pour un premier rendez-vous ?

Titanic (je suis tombée amoureuse de Leonardo DiCaprio à 14 ans) ou Amadeus qui est mon film préféré.

Selon vous, quel est le meilleur endroit pour un premier rendez-vous ?

Un bar, car il y a de l’alcool. Un endroit où on boit du très bon vin.

Quel petit détail vous fait craquer chez un homme ?

Ce qui me rend amoureuse c’est un mélange de virilité et de petit garçon. Et surtout lorsque le petit garçon se cache sous la carapace de l’homme protecteur.

Vous avez déjà utilisé un site ou une application de rencontres?

Oui, je me suis inscrite sur un site de rencontres une seule fois, Meetic je crois, et j’étais incapable de lancer le premier rendez-vous. Deux de mes très bons amis se sont rencontrés sur un site de rencontres.

La campagne de publicité Meetic s’organise autour des imperfections. Quelle petite imperfection pouvez-vous nous révéler de vous ?

Je suis une couche-tard et je ne suis pas du matin !

 

Propos recueillis par C.B.

 

 

La bande annonce du film :

Sortie du film le mercredi 8 juin 2016.



Sondages

1er rendez-vous : restaurant ou balade ?

MEETIC VOUS INVITE AUX EVENTS

© Up To Date - Meetic

Fermer X