Rencontres Meetic / Accueil / Tendances / « Arrête ton cinéma ! » : interview de Josiane Balasko et Zabou en productrices infernales !
share on facebook

« Arrête ton cinéma ! » : interview de Josiane Balasko et Zabou en productrices infernales !

Bac films

C’est sous les dorures d’un palace parisien que nous avons rencontré, mardi 5 janvier, la désopilante Josiane Balasko et son acolyte de jeu, la tout aussi barrée, l’incomparable, Zabou Breitman ! Lors de cette interview, à l’occasion de la sortie, le 13 janvier, du film Arrête ton cinéma !, nous avons appris que Josiane Balasko est accro aux jeux-vidéo, et que Zabou possède un faible pour les hommes qui ont un défaut de prononciation…

Un peu plus tôt dans la journée, nous recueillions les confidences de Diane Kurys, la réalisatrice du film, accompagnée de Sylvie Testud qui incarne le rôle principal de cette histoire pour le moins burlesque. Au fait, de quoi parle Arrête ton cinéma ? Voilà le pitch : actrice reconnue, Sybille démarre avec enthousiasme l’écriture de son premier film, qu’elle s’apprête à réaliser elle-même. Tout semble lui sourire. C’est sans compter l’entrée en fanfare dans sa vie de deux productrices pour le moins atypiques, qui viennent semer la zizanie…

Rencontre avec un duo d’actrices monstrueusement drôles

 

Up to date : Bonjour Zabou et Josiane, vous connaissiez-vous avant ce film ?

Josiane Balasko : Nous n’avions jamais travaillé ensemble. Dans Un heureux événement de Rémy Bezançon, peut-être?

Zabou Breitman : Non ! Et dans Elle voit des nains partout (un film de 1982 avec l’équipe du Splendid NDLR) ? Non plus… Incroyable !

Up to date : Zabou, d’où vous est venue l’addiction à la coke pour incarner le personnage d’Ingrid ? La myopie sévère est dans le livre, mais pas la coke. 

Zabou Breitman : Je trouvais que ça lui allait bien ce côté un peu « mode », et en plus c’est une faible, elle avait besoin d’un truc qui la booste. Elle se sous-estime par rapport à Brigitte, le personnage de Josiane

Up to date : Zabou, votre personnage est insupportable, on n’est pas loin de l’humour extra-noir de votre émission de radio A votre écoute, coûte que coûte sur France Inter avec Laurent Lafitte. Est-ce qu’il n’y a pas un lien entre Ingrid et Margarete de Beaulieu ?

Zabou Breitman : Non, les deux personnages ne se ressemblent pas. La productrice d’Arrête ton cinéma est pour la drogue, ce qui n’est pas le cas de l’autre. L’humour trash est plutôt dans la comédie de Diane Kurys et de Sylvie Testud.

Up to date : Josiane, on pense à certaines personnes ou certains personnages en vous voyant à l’écran. Vous avez puisé votre force d’une personne ou d’un personnage en particulier pour ce rôle (par exemple, Eddie Mousson dans Absolument fabuleux) ?

Josiane Balasko : Oui, il y a un peu d’Absolument fabuleux ! Toi Zabou, tu serais Patsy qui se défonce tout le temps, la folle furieuse. En plus structurées dans leurs envies, les deux productrices feront tout pour faire le film, même si ça se casse la figure. C’est la différence entre les deux films.

Up to date : Josiane, votre personnage possède un langage fleuri, elle s’en bat les steaks, et lance : « Tu nous fais pas chier sur les dates, on tourne en juin ». Comment faites-vous pour être autant à l’aise dans ce registre ?

Josiane Balasko : C’est naturel, je parle comme ça ! Je suis née dans un bistro ! J’ai eu la chance de côtoyer des gens des cafés qui ont un langage fleuri depuis toute petite. C’est imprimé dans le disque dur cette manière de parler…

Up to date : Avez-vous rencontré des producteurs/productrices de cette trempe ?

Josiane Balasko : Non, Dieu merci, non ! Mais ça existe, puisque Sylvie Testud a écrit un bouquin qui se base sur des faits réels et des personnages qui existent, même si c’est romancé ou tiré vers le comique. Je n’ai pas eu à rencontrer des gens comme cela. On peut rencontrer des gens qui auront des exigences de casting avec tel ou tel acteur. Mais du niveau des deux productrices, les Ceaucescu Ingrid et Brigitte, non je n’en ai jamais vu.

Up to date : Qui a eu l’idée d’insérer la chanson Où sont les femmes ?

Josiane Balasko : C’était dans le scénario. Je pense que c’est Diane, la réalisatrice, qui a pensé à la chanson en écrivant le script. Elle a pensé à Patrick Juvet pour booster le film (rires).

Up to date : Les deux productrices forment un couple assez vampirique. Dans le livre, on les surnomme les Thénardier. L’origine de leur fortune est incertaine. Elles appartiennent à l’aristocratie roumaine comme Dracula. Il y a d’ailleurs un plan inquiétant en plongée sur la statue au début, c’était voulu ?

Josiane Balasko : Non, on n’a pas fait exprès. Elle sont inquiétantes, c’est vrai, voire flippantes avec ce côté nostalgique plein de souvenirs. Les personnages sont écrits de cette manière et nous les avons fait vivre.

Up to date : Quel film proposeriez-vous pour un premier rendez-vous ?

Josiane Balasko : La Belle et le Clochard, c’est le baiser le plus fameux du cinéma, pour manger des spaghetti et recréer le baiser du film.

Zabou Breitman : Vacances romaines.

Up to date : Quelle est la déclaration d’amour la plus romantique que l’on vous ait faite (ou que vous ayez faite) ?

Josiane Balasko : 10 jours après l’avoir rencontré, mon mari s’est rapproché de moi et m’a dit : « Je vous aime ». Je crois que j’ai répondu : « Je vous aime aussi !« . On est ensemble depuis 15 ans.

Zabou Breitman : Je ne sais plus. C’est limite porno, moi (elles rient.) Après, il m’a dit : « Je vous aime » (rires).

Up to date : Selon vous, quel est le meilleur endroit pour un premier rendez-vous ?

Zabou Breitman : Ça dépend de la personne ! Ça peut être dans un champ.

Josiane Balasko : Il vaut mieux organiser un rendez-vous dans un endroit où il y a des gens. Ça met plus à l’aise. Un bar à cocktails pour se bourrer la gueule ?

Zabou Breitman : Pour le/la faire monter là-haut ? Non, moi je dirais un restaurant gastronomique, car bien manger à deux, c’est quelque chose de très sensuel. Donc je dirais un très, très bon restaurant.

Up to date : Quel petit détail vous fait craquer chez un homme ?

Zabou Breitman : Je sais ! Un léger défaut de prononciation. Mais léger, hein… Ça peut me rendre complètement folle (elle zozotte).

Josiane Balasko : Pas comme Zézette épouse X ?

Zabou Breitman : Non ! Une crooked tooth comme on dit en anglais. Une petite dent de travers. Une petite cicatrice légère, au sourcil par exemple. Un petit défaut, mmm, ça m’émeut.

Josiane Balasko : Calme-toi ! Moi aussi j’adore…

Up to date : La campagne de publicité Meetic s’organise autour des imperfections. Quelle petite imperfection pouvez-vous nous révéler de vous ?

Zabou Breitman  : Je danse comme un pied et je suis toujours en retard.

Josiane Balasko : Je n’ai aucun sens de l’orientation et je suis addict aux jeux-vidéo. Il ne faut pas m’embêter quand je joue !

 

Autorisez le dépôt de cookies pour accéder au contenu.

Sortie le 13 janvier.

 

Propos recueillis par CB.


Qu’attendez-vous ? Register

Vous vous êtes rencontrés sur Meetic ?

Partagez votre histoire

N'hésitez pas à raconter votre histoire, ou tout simplement à donner quelques conseils à ceux et celles qui cherchent à vivre la même émotion...

Je raconte

Découvrez les évènements Meetic
Découvrez les évènements Meetic
Events

Sondages

1er rendez-vous : restaurant ou balade ?

MEETIC VOUS INVITE AUX EVENTS

Autorisez le dépôt de cookies pour accéder au contenu.
© Up To Date - Meetic

Fermer X

x En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d’audience, vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêt et vous offrir la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. Pour en savoir plus