Sexe : ces zones érogènes méconnues

Sexe, fesses, poitrine… On a l’impression que ce sont les seules parties du corps à exciter lors d’un rapport sexuel. Pourtant les zones à explorer sont bien plus nombreuses ! Et si notre corps entier était une contrée érogène entière à conquérir ?

A la conquête des zones érogènes

Tout d’abord, il faut distinguer trois sortes de zones érogènes :

  • Les zones dites primaires : les organes sexuels, nécessaires pour atteindre l’orgasme
  • Les zones secondaires : parties de la peau et muqueuses qui déclenchent l’excitation des zones primaires pour multiplier le désir (mamelons, périnée, intérieur des cuisses…)
  • Les « potentielles » : variables d’une personne à l’autre

 

Le lobe de l’oreille

Déposer un baiser ou mordiller le lobe de l’oreille de votre partenaire peut lui faire vivre de jolies sensations. S’il/elle est réceptif/ve, partez à la conquête de la nuque, très sensible aussi, et n’oubliez pas un passage par le cou (la peau y est fine et les sensations sont décuplées). Petits frissons garantis !

Le visage

Souvent négligé, le visage recèle pourtant bien des zone sensibles… Bien évidemment, la bouche en fait partie. Pourtant, plongés dans l’action, on oublie parfois d’en profiter pleinement. Et si on s’attardait à la mordiller, l’embrasser avec fougue, s’y plonger pour redécouvrir tout ce qu’elle a à offrir ? Dans un autre genre les yeux ont un vrai pouvoir : se regarder intensément peut être très stimulant et démultiplier les sensations que notre corps est en train de recevoir.

Les cheveux

La chevelure (surtout féminine) est un véritable atout érotique. En effet, à travers elle s’exprime beaucoup de sensualité. D’autant que dans l’imaginaire sexuel, ils permettent aussi beaucoup de fantasmes. Et recevoir une main qui s’agrippe dans ses cheveux peut être très excitant…

Les pieds

Concernant les pieds, vous trouverez aussi bien des gens qui détestent qu’on les touche qu’une catégorie qui se damne pour ça. Essayez donc de savoir de quel « bord » est votre partenaire avant de vous aventurer vers cette zone sensible. Mais sachez que des chatouilles subtiles peuvent faire frissonner le corps entier !

Les aisselles

Voilà une partie de nous dont la réputation n’est a priori pas sexuelle. Pourtant, grâce à la peau fine et sensible, aux poils et aux odeurs, elle prend une dimension charnelle, quasi primaire. Et symboliquement, voir l’autre s’attarder sur cette zone intime peut être vécu de manière sensuelle.

Les doigts

Grands oubliés des rapports sexuels, ils font pourtant un « boulot » remarquable, que ce soit pour caresser ou s’introduire là où il faut. Mais on peut aussi en prendre soin, les embrasser, mélanger les nôtres avec les siens, ou encore les lécher tendrement. Variations infinies !

Derrière les genoux

Voilà bien une partie sur laquelle on ne pense pas à s’attarder. Pourtant, de légers baisers déposés à cet endroit, avant de remonter sur le haut de la cuisse, est la promesse de sensations fortes…

Et si vous testiez le slow sex pour avoir le temps de découvrir les vôtres ?