La règle des huit semaines dans une relation

Au début, vous trouviez sa manie de terminer vos phrases craquante… Mais aujourd’hui, huit semaines plus tard, vous trouvez cela plus agaçant que charmant. Après un mois de longs coups de téléphones et de soirées romantiques, vous commencez à vous rendre compte qu’il ne s’intéresse pas à votre histoire ou à vos passions. Peut-être vous êtes-vous dit que ce n’était pas grave, que cela changerait avec le temps. Mais maintenant que deux mois se sont écoulés, vous vous en rendez compte : il est temps que vous preniez une décision. Soit vous allez de l’avant en essayant de laisser votre irritation de côté et de combler les trous. Soit vous vous arrêtez là et passez à autre chose.

Quand ces petites « manies » charmantes commencent à vous courir sur le système…
Parfois, au début d’une histoire, on a tendance à ignorer ce qui nous semble n’être que de petits tracas parce qu’on apprécie d’autres côtés de notre nouveau partenaire et qu’on veut donner une chance à cette relation. « En général, ce que je commence à trouver agaçant chez quelqu’un n’est rien d’autre qu’une part de sa personnalité », analyse Jérôme, 33 ans, directeur des opérations à Grenoble. « Dès le début, il y a ce truc que je n’aime pas. Mais comme autrement, c’est quelqu’un de super, j’essaie de laisser cela de côté. Sauf qu’au fur et à mesure, c’est comme si on faisait crisser ses ongles sur un tableau noir. L’effet de la nouveauté passé, cette personne ne me fait pas assez vibrer pour que j’ignore cela. »
C’est ce qui s’est passé avec cette superbe femme que Jérôme avait rencontrée chez un ami commun. « Nous avions échangé nos numéros, et passé de longues soirées à rire au téléphone », se rappelle-t-il. « Quand nous avons commencé à sortir ensemble, c’était génial. Elle avait bien quelques manies un peu agaçantes, mais on s’amusait tellement que je ne n’y attachais pas trop d’importance. Elle arrivait toujours avec 10 ou 15 minutes de retard, mais je me disais “ce n’est pas grave, je passe de bons moments avec elle, elle est jolie, je n’ai pas besoin de voir le début du film”. Elle s’amusait à attendre que je ne regarde pas pour voler dans mon verre ou mon assiette. “Haha, tu m’as encore eu, la prochaine fois, j’en préparerai davantage” », ajoute-t-il en se rappelant comment il justifiait son comportement. Avant de finir par perdre patience : « au bout de deux mois, ces “manies” sont devenues insupportables. J’étais prêt 30 minutes avant qu’elle n’arrive, pourquoi ne pouvait-elle pas être à l’heure ? »

Marquer la fin de la « période d’essai » d’une relation
Bien souvent, les problèmes qui séparent les nouveaux couples sont plus profonds que ces petits agacements. « C’est à ce moment-là que de nombreuses relations se terminent, parce que c’est le moment critique où l’on commence à s’ouvrir à l’autre et à oser dire ce qu’on a sur le cœur », explique Richard, 35 ans, journaliste et spécialiste de la communication toulousain. « Dans une relation idéale, nous voulons tous être sûrs que la personne qui partage notre vie a envie de vieillir avec nous. Si après ce laps de temps, elle ne s’ouvre toujours pas à nous, il faut y voir un signal d’alarme. Imaginez que c’est comme la période d’essai quand on commence un nouveau travail. »
Certains psychologues trouvent que cette métaphore du monde du travail est un bon moyen d’envisager les rendez-vous amoureux et de prendre la décision de mettre un terme ou non à une relation : « Quand on sort et qu’on rencontre des gens, c’est comme si on envoyait son CV. Les premiers rendez-vous sont comme des entretiens. Les premières étapes d’une relation sont comme un stage. » Au bout de deux mois, « on commence à laisser voir plus de facettes de soi, et on voit comment on peut s’entendre sur le long terme. On échange plus volontiers sur ses croyances, ses valeurs, ses anciennes histoires, ses amis, ses passe-temps et ses objectifs dans la vie. C’est là qu’on voit si la relation peut évoluer vers quelque chose de plus profond : ça passe ou ça casse. »

Soyez attentif : l’un de vous prend-il la fuite, émotionnellement ?
Parfois, les histoires se terminent brutalement sur une dispute au sujet d’un problème majeur, mais le plus souvent, c’est une baisse de l’intérêt d’un des partenaires, ou des deux, qui marque la fin de la « période d’essai » d’un couple. « Si au bout de deux mois, mon intérêt pour elle commence à faiblir, je commence à prendre la fuite », confesse Jérôme. « Je commence à avoir trop de travail pour la voir ou lui parler au téléphone. Je programme une soirée entre potes le vendredi soir pour ne pas avoir à sortir avec elle. Et comme on passe de moins en moins de temps ensemble, l’un de nous finit par rompre. Ce n’est pas toujours moi qui mets fin à la relation, mais en général, à ce moment-là, j’ai laissé tomber, et ça m’est égal qu’elle me quitte. »

Évaluez le futur de votre histoire
Si vous commencez à manquer d’enthousiasme, ou d’intérêt, ou si certains différends entre vous et votre partenaire commencent à vous tracasser, posez-vous les questions suivantes. Ainsi, vous saurez si cela vos la peine d’investir du temps et des efforts dans votre relation.

1. Que vous chuchote la petite voix dans votre tête ? Quand on commence à avoir des doutes sur une relation, on prend facilement l’habitude de demander conseil à des amis, mais vous seul savez ce qui est bon pour vous. Attention : ne confondez pas la voix de la peur (« tu ne rencontreras jamais personne d’autre », « tu en demandes trop ») avec vos véritables sentiments. Cela peut sembler simpliste, mais prenez le temps de répondre à ces questions : « Qu’est-ce que je veux ? Ai-je vraiment envie d’être avec cette personne ? Lui fais-je confiance ? Est-ce que j’aime réellement passer du temps avec elle ? »

2. Arrêtez-vous et considérez ses actes, et uniquement ses actes : sont-ils sincères ? Prenez juste une minute pour réfléchir au temps que vous avez passé ensemble, comme s’il s’agissait d’un film muet : cette personne est-elle arrivée dans votre vie en vous offrant son intégrité et son authenticité sur un plateau ? A-t-elle fait tout ce qu’elle avait promis de faire ? Pour qu’on accorde sa confiance à quelqu’un, il faut que ses paroles et ses actes concordent.

3. Comment avez-vous géré votre première dispute ? Avez-vous résolu votre différend de manière respectueuse pour l’un et l’autre, mais aussi pour votre relation ?

4. Voulez-vous les mêmes choses dans la vie ? Vous pouvez être très attiré l’un par l’autre, mais si l’un d’entre vous aime tout ce qui brille alors que l’autre aspire à vivre dans le Larzac, vous allez au-devant de bien des conflits.

5. Vous imaginez-vous avec cette personne dans un mois, dans un an ou dans dix ans ? Peut-être que dans un mois, vous regretterez encore un peu d’avoir mis fin à cette histoire, mais dans un an, vous serez content de l’avoir fait. Ou à l’inverse, peut-être vous voyez-vous devenir de plus en plus proche au fil du temps, même si pour l’instant, vous n’êtes pas sûr de prendre cette histoire très au sérieux. Imaginer où cette histoire peut vous mener peut être un bon moyen de savoir ce que vous ressentez « dans vos tripes ».