5 signes inattendus qui prouvent que vous êtes amoureuse

Vous êtes en couple depuis quelques temps et vous vous sentez épanouie et heureuse. Mais êtes-vous pour autant amoureuse ? Voici 5 signes qui ne trompent pas.

Avec lui, même le foot c’est super

Lorsque vous êtes avec lui, peu importe ce que vous faites ou ce que vous dites, vous êtes heureuse ! Vous pourriez parler de la météo pendant cinq heures ou même l’écouter parler dans une langue que vous ne comprenez pas que ça vous irait quand même. Avec lui, même le foot, que vous détestiez, devient génial. Aucun doute : vous êtes accro !

Vous avez envie de chanter… tout le temps

Vous chantez comme une casserole, pourtant ces derniers temps, vous avez envie de chanter tout le temps et partout. De sauter sur votre lit et de danser. Même quand vous ne voulez pas, vous vous surprenez à fredonner. Bref, vous êtes amoureuse !

Avec lui, le temps perdu n’est pas perdu

Il y a des jours où vous ne faites « rien ». Vous passez votre journée au lit à regarder des films, à vous faire des câlins et à refaire le monde. Quand on vous demande ce que vous avez fait de votre journée, vous dites « rien ». Mais en réalité, vous avez l’impression que c’est l’un des jours les plus incroyables de votre vie. Et ça, pas de doute : c’est l’amour qui parle !

Tout vous fait penser à lui

Les chansons, les odeurs, les gens dans la rue : allez savoir pourquoi, tout vous ramène à lui et vous avez envie de tout lui raconter, tout le temps. Vous éprouvez le besoin de tout partager avec lui et lorsqu’il n’est pas là, de tout lui raconter le plus vite possible… Ah, l’amour !

Vous avez peur

Vous êtes heureuse. Très heureuse. Pourtant, vous avez ce petit poids inexplicable sur la poitrine, léger mais oppressant, comme une menace. C’est la peur ! La peur qui se mêle à votre bonheur. La peur de le perdre. La peur que ça s’arrête. La peur qu’il lui arrive quelque chose. La peur qu’il vous fasse du mal. Parce que oui, l’amour c’est beau mais c’est aussi terrifiant. Ça vous rend vulnérable. Mais tant pis : ça vaut le coup !