Séduction : comment draguer un/une étranger(e) ?

Plus que quelques mois avant les vacances (et les ponts de mai) ! Alors, comme on aime bien anticiper, on se prépare déjà à la fameuse saison de la drague printanière (qui annonce un autre moment-clé de l’année : la période de la drague estivale).

En matière de rapprochement, il n’est jamais inutile de se remettre à la page pour perfectionner son style, son accroche. En effet, on apprend à tout âge. Des techniques de séduction en milieu étranger, il y en a des milliers. Que vous soyez à Paris, Istanbul ou Tokyo, il y a toujours un bon coup à jouer pour faire tourner les têtes. Pour ne rien perdre du voyage, suivez le guide !

User sans modération du french accent

Si avoir un accent très français dans la langue de Shakespeare peut desservir dans certaines occasions – les entretiens d’embauche notamment – sachez que rien ne fera autant fondre un(e) étranger(e), et plus particulièrement un(e) anglophone, que le fameux : « Brian is in ZE Kitchen ». #Loveyourimperfections

Rien ne sert non plus de devenir un dictionnaire des langues étrangères pour communiquer. Le grand mystère de l’incompréhension à certains moments de la conversation apporte souvent son lot de bons fous rires et de petits ratés qui font craquer. Le coup du lost in translation, ça marche vraiment !

Sortir le grand jeu français

Classe et intemporel, l’art de séduire à la française respecte des règles immuables. Code vestimentaire très soigné (pas de chaussettes blanches sur des sandales), port d’un parfum distingué, haleine fraîche, et bonnes manières composent la base de ce que tout célibataire en voyage doit maîtriser. Ce n’est pas parce que l’on transpire que l’on doit sentir mauvais et ressembler à un sac… Même à l’étranger, on garde un côté chic, et ce, en toutes circonstances. 😉

Le dating, un échange interculturel

Parler de soi, c’est toujours la meilleure manière de briser la glace lors d’une rencontre. Bien sûr, point trop n’en faut, et à chaque question que l’on vous pose, il faut renvoyer l’ascenseur en vous intéressant à la vie de la personne en face de vous. Cela peut sembler ordinaire et anodin, mais aux yeux de la personne étrangère, vous représentez quelqu’un d’exotique. Profitez-en alors pour brosser un portrait de vous avantageux, avec quelques clichés sur votre pays qui ne font jamais de mal : la baguette, le côté intello, la cigarette après l’amour, la passion pour le vin, j’en passe et des meilleures !

Et puis, pour les plus intrépides et plus direct(e)s, il y a toujours l’alternative de proposer d’office l’incontournable : « Voulez-vous coucher avec moi ce soir ? »