Les signes qui ne trompent pas

Ah, si tout était plus simple… Dans la queue du ciné, il/elle vous dirait : « Tu me plais. Est-ce que je te plais ? » Vous répondriez oui ou non et voilà. Plus simple, mais aussi… comment dire… plus ennuyeux, non ? Sans cette merveilleuse invention de nos esprits célibataires retords : la séduction. Avec ses tactiques, ses faux-semblants, ses malentendus, ses « si je lui dit ça, il va penser que », ses « si je me mets ça, elle va croire que », ses « je lui ai écrit il y a 2 minutes et 37 secondes et il ne m’a toujours pas répondu je suis sûre qu’il est avec une autre ». Un vrai bon grand film à suspense, une intrigue à couper le souffle, l’histoire dont vous êtes le héros. Alors, comment savoir si le film touche à sa fin (on approche du baiser final) ou s’il va falloir patienter encore un peu ?

Les pistes à suivre
Il/elle s’est fait belle, contrairement à son habitude. Plus c’est maladroit, meilleur c’est. Il est fraîchement rasé / elle s’est fait les ongles (alors que jamais elle vous ne les avez vus rouges). Il a essayé de se peigner / elle s’est fait un brushing. Il a ressorti le veston qu’il avait dû acheter pour le mariage de sa sœur / elle a mis une jupe alors qu’elle ne jure que par le pantalon.
Le regard. Important, le regard…
Un regard insistant, peut-être gêné, ou un regard toujours posé sur vous mais qui se détourne quand vous allez à sa rencontre, sont des pistes plus qu’intéressantes…

Les indices confondants
Il/elle rit.
La sagesse populaire le dit : « femme qui rit à moitié dans ton lit ». Il/elle rit même à vos plus mauvais jeux de mots ? Vous avez trouvé la perle rare – faites-lui quand même passer une batterie complète de tests neuro-toxicologiques, pour être tranquille.
Il/elle répond toujours rapidement à vos mails. Certes, ce peut être une habitude. Mais aucun Lucky Luke du clavier n’est infaillible. Surtout pas en fin de soirée ou le dimanche. Idem si il/elle apparaît « non disponible » sur le chat mais, lorsque vous vous connectez, miracle, il/elle semble disponible pour vous !
Il/elle vous fait des compliments.
Là aussi, plus c’est maladroit, plus c’est révélateur. Messieurs, attention aux indirectes : peut-être n’ose-t-elle pas tout à fait vous dire « tu es incroyablement séduisant et j’ai une folle envie de défaire sauvagement ce nœud de cravate ». Aussi, lorsqu’elle vous glisse : « J’aime beaucoup ta cravate », ayez la présence d’esprit de ne pas penser : « Ah ?, tiens, bizarre… Elle n’a pourtant rien de spécial cette cravate. »

Les preuves irréfutables
Les petites marques de possessivité
Il/elle tient à savoir qui est cet(te) autre avec qui vous avez rendez-vous… Si vous ne l’intéressiez pas, il/elle ne s’en soucierait pas.

Pour vous, il/elle renonce à une activité qui lui est chère
: tennis, yoga, soirée avec les copains/copines, repas de famille, etc.
Il/elle marque un intérêt prononcé pour votre vie, votre histoire, votre famille, et ne se lasse pas de vous entendre parler des jeux que vous aviez avec votre frère, de la maladie du pauvre chien Patou (vous avez tellement pleuré), de votre premier chagrin d’amour à 8 ans.
Il/elle s’inquiète pour vous et prend de vos nouvelles bien souvent.
Vous ne lui avez pas écrit depuis deux jours (deux jours entiers !) et c´est son dix-huitième mail de la journée qui vous demande dans quel hôpital vous êtes interné(e).
Ne restez donc pas sourd à ses cris d´amour !