Décryptage SMS : « je ne suis pas dispo »

Voilà quelques semaines que vous sortez avec Raphaël. Comme vous vous entendiez bien, vous avez passé toutes vos soirées à vous regarder dans les yeux, au restaurant, au cinéma, ou dans des lieux plus insolites. Bref vous avez vécu dans l’heureuse autarcie des premiers temps. Le 23ème jour, vous lui demandez, comme d’habitude, si vous vous voyez ce soir. Quelques minutes après, les papillons volent dans votre ventre quand votre portable sonne, mais ceux-ci meurent dans l’instant lorsque vous lisez sa réponse : « Je ne suis pas dispo cette semaine, on se verra plus tard« . Une annonce qui sonne comme la fin d’une ère. A moins que ce ne soit de la relation ? Oui, dans votre tête, les raccourcis se prennent très vite…

Pas dispo… pas réglo ?

Certes le ton de ce SMS n’est pas tellement chaleureux (vous avez connu Raphaël plus inspiré). Vous cherchez mais ne trouvez aucune marque d’affection à quoi vous raccrocher pour éviter à vos larmes de couler et à votre esprit de vagabonder. Du coup, vous imaginez déjà – et surtout – plusieurs hypothèses : il ne veut plus jamais vous voir, il en a rencontré une autre, il est marié-et-ne-vous-l’a-jamais-dit, il a une grave maladie qu’il vous a cachée (oui, dans votre tête, c’est noir et chaotique).

Heureusement, dans ces cas-là, vous savez que vous pouvez toujours compter sur votre meilleure amie Clémentine pour égayer votre journée et relativiser vos pensées moroses. Lorsque vous lui exposez ce texto, elle est beaucoup moins dramatique dans sa vision de la situation. Elle vous ouvre les yeux : peut-être qu’il a besoin de se reposer, il a un souci au travail, personnel, ou même médical. Ou alors, il a simplement besoin d’un peu de recul. En tout cas, rien de grave et rien qui puisse vous faire douter de sa sincérité. Et elle a bien raison, Clémentine ! Car même si ce texto n’est pas des plus agréables à recevoir, il est loin d’être le « coup fatal ».

Une relation saine repose en effet sur la sincérité (oser dire « j’ai besoin d’être un peu seul » peut en faire partie) et sur la liberté que l’on s’accorde l’un et l’autre. Si les premiers temps se vivent dans la fusion, il faut en effet pouvoir se détacher peu à peu pour équilibrer les choses. Patientez donc jusqu’à la semaine prochaine, et vous verrez que les retrouvailles n’en seront que plus… intenses !