La jouissance féminine n’est plus tabou ! Mais ça ne veut pas dire que tout le monde est pro dans la masturbation. Vous souhaitez savoir comment vous masturber ? Suivez ce petit guide du plaisir au féminin !

La masturbation féminine sort du placard !

Les films et les séries nous ont longtemps donné l’impression que la masturbation féminine était quelque chose de tabou, voire d’inexistant (on connaît tous la scène de la tarte aux pommes d’American Pie…). Heureusement, ces dernières années, le tabou qui l’entourait a éclaté, laissant place à la jouissance féminine sur la scène médiatique — et dans nos draps. Car oui, la masturbation féminine existe, et même plus : elle fait partie intégrante d’une vie sexuelle épanouie ! Que vous soyez hétérosexuelle, homosexuelle, célibataire ou en couple : connaître les techniques qui vous donneront du plaisir à foison est essentiel. En effet, pourquoi se priver d’un plaisir gratuit et facilement accessible, tous les jours de l’année ? C’est aussi ça, prendre soin de soi : s’offrir un orgasme de temps à autre, sans aucune culpabilité. Parce que jouir, c’est na-tu-rel.

Faire connaissance avec son propre sexe

Les représentations de la vulve féminine comme on peut les trouver sur la plupart des schémas (très) simplifiés n’aident pas vraiment à savoir à quoi ressemble réellement un sexe féminin. On a tous déjà vu cette représentation simpliste d’une sorte de V coupé en deux pour représenter le sexe féminin. Or, celui-ci est beaucoup plus complexe ! Le sexe féminin, c’est la vulve (la partie externe avec les grandes, petites lèvres et la partie externe du clitoris), et le vagin (la partie interne, qui sert notamment à la pénétratin — bien connue celle-là, comme s’il n’existait qu’elle !).

Lorsqu’on est une femme, il peut être compliqué d’identifier ses zones de plaisir au premier abord. En effet, on a tendance à nous rebattre les oreilles avec la pénétration vaginale, quand, en réalité, la partie la plus sensible du sexe féminin est celle du clitoris (la sorte de bourgeon qui se trouve en haut de la vulve, mais a des ramifications sur toute la zone, oui, oui !). Or, le clitoris se stimule surtout de l’extérieur.

Si vous n’êtes pas sûre de la géographie exacte de votre corps, partez en exploration, telle l’aventurière du sexe que vous êtes ! Avec vos mains, à l’aide d’un miroir, ou même avec un partenaire, faites de la curiosité votre meilleur atout dans la recherche du plaisir. Le mieux est encore de vous offrir du temps pour apprendre à vous connaître. Pour cela, on n’hésite pas, on met la main à la pâte (enfin, à la… vous avez compris). Le but étant d’identifier les zones les plus érogènes de votre corps, celles qui, stimulées, vous feront décoller pour atteindre le septième ciel (et le graal orgasmique).

Stimulation vaginale ou clitoridienne : comment faire ?

Une fois que vous aurez identifié les différentes zones pouvant être stimulées au cours de la masturbation, vous aurez une idée plus claire de ce qui vous procure le plus de plaisir. Le fameux “Point G”, censé se trouver à l’entrée du vagin et procurer aux femmes des sensations intenses quand il est stimulé, a longtemps occupé le devant de la scène. Il servait aussi à justifier l’intérêt de la pénétration vaginale de façon systématique. Or, de récentes recherches ont montré que le Point G serait en fait un endroit où le clitoris serait stimulé, mais de l’intérieur. Conclusion ? Le clitoris reste l’endroit number one à toucher, masser, frotter, que ce soit de l’extérieur, ou de l’intérieur. Il est le maître du plaisir féminin.

Pour grimper aux rideaux, plusieurs techniques existent impliquant la stimulation du clitoris. Certaines femmes sont plus sensibles que d’autres à cet endroit du corps, et c’est pourquoi il existe différentes techniques. Certaines aiment exercer une pression importante sur la zone, d’autres une pression plus légère. Certaines aiment la pénétration (par les doigts ou avec un sextoy par exemple), d’autres se concentrent sur le clitoris. Chaque femme est différente ! Parmi les techniques de masturbation les plus connues, on citera l’utilisation de ses doigts pour la pratique d’un massage en cercles concentriques autour du gland du clitoris (la partie qui ressort un peu), ou encore l’utilisation du jet d’eau de la douche, à placer au même endroit pour un “massage” en douceur (enfin, ça dépend de la pression de votre douche).

Masturbation féminine et sextoys : le combo dépotant

Les sextoys font également d’excellents compagnons dans la recherche de la jouissance. Grâce à leurs vibrations, les bien nommés “vibros” procurent aux femmes des sensations agréables dans le bas-ventre, et permettent d’atteindre l’orgasme sans trop d’effort (chez la plupart des femmes, mais pas toutes forcément, chacune son truc !). Certains sextoys vont jusqu’à répliquer la succion d’un cunnilingus (quand on vous “chatouille” le clitoris avec la langue). Au rayon suivant, on trouve aussi des sextoys répliquant le sexe masculin pour une masturbation féminine impliquant une pénétration. De quoi chercher (et trouver) le plaisir à tous les endroits !

“La jouissance féminine, c’est dans la tête” : oui, mais pas que !

On dit souvent que les femmes sont plus “cérébrales” que les hommes en matière de sexe. Ça n’est pas le cas de toutes, mais c’est vrai que pour certaines femmes, le plaisir passe beaucoup par l’imagination et le fantasme. Quand elles se masturbent, certaines femmes aiment donc être « aidées » par certains supports que l’on trouve — pour la plupart, sur internet. Parmi ceux-ci, on citera les vidéos à caractère pornographique (il existe d’ailleurs certains sites dédiés à la gent féminine, avec des vidéos centrées sur le plaisir et les fantasmes féminins), mais aussi les histoires érotiques que l’on peut lire sur internet (qui n’a jamais entendu parler de Fifty Shades of Grey, le roman érotique aux cinquante nuances qui a même été adapté au cinéma !), ou encore les podcasts érotiques. Ces derniers ont connu un grand succès ces dernières années et proposent des contenus créés spécifiquement pour un public féminin. Autant de moyens de se faire jouir et d’explorer sa sexualité, dans l’intimité de sa propre chambre.