Pourquoi accepter un second rendez-vous quand le premier était catastrophique

Quand Claire est entrée dans ce café pour rencontrer un homme pour la première fois, elle pensait qu'il serait à l'heure, ou peu s’en faut. Il n'a fait son apparition qu'une heure plus tard. En temps normal, elle n'aurait pas attendu si longtemps, mais son intuition l'a poussée à rester. Et elle a bien fait : ce retardataire est aujourd'hui son mari.

Quand Claire est entrée dans ce café pour rencontrer un homme pour la première fois, elle pensait qu’il serait à l’heure, ou peu s’en faut. Il n’a fait son apparition qu’une heure plus tard. En temps normal, elle n’aurait pas attendu si longtemps, mais son intuition l’a poussée à rester. Et elle a bien fait : ce retardataire est aujourd’hui son mari.

On le sait bien, la première impression est importante. Sinon, pourquoi consacrerions-nous autant d’énergie à ce qu’elle soit bonne ? Mais un premier rendez-vous n’a pas besoin d’être parfait pour qu’il se passe quelque chose. Bien sûr, on veut mettre toutes les chances de son côté, mais on ne vit pas dans un film : il y a peu de chances que tout se déroule à la perfection.

Raison nº 1 : il faut parfois du temps pour qu’une alchimie se forme, alors ne vous inquiétez pas si ce n’est pas le coup de foudre
Claire a cru qu’on lui posait un lapin, ce jour-là, mais ce n’est pas tout. Une fois que son compagnon est arrivé, ils ont eu une conversation sympa. « Cela n’a pas été le coup de foudre. Je crois qu’il faut du temps pour construire un véritable amour », commente Claire, une Lilloise de 42 ans. Quand elle est partie, elle a fait une bise à son compagnon. Il n’a pas répondu. Plus tard, il lui a avoué que la surprise l’avait paralysé. « Il avait vraiment peur que je me mette en colère et m’enfuie parce qu’il m’avait fait mauvaise impression », raconte Claire.
Il y a deux raisons pour lesquelles on ne va pas à un deuxième rendez-vous : soit parce qu’on n’est pas attiré par l’autre personne, soit parce qu’on n’a pas eu le « coup de foudre ». Selon les spécialistes, si vous êtes dans la première situation, et que vous ne pensez pas que la relation évoluera, c’est parfaitement compréhensible. C’est aussi l’avis de nombreux psychologues : « S’il n’y a aucune attirance physique, ça ne sert à rien. » Mais si, comme Claire et son mari, ce n’est simplement pas le feu d’artifice, pourquoi ne pas retenter votre chance ? Il faut souvent du temps pour que naissent des sentiments : cela viendra peut-être quand vous connaîtrez mieux l’autre personne.
En effet : « les premiers rendez-vous ne sont jamais vraiment représentatifs d’une relation. On ne devrait juger personne sur une rencontre d’une heure. »

Raison nº 2 : lors de votre dernier rendez-vous, vous étiez probablement trop nerveux l’un et l’autre pour vous détendre et être vous-mêmes
L’une des raisons principales pour lesquelles on ne se comporte pas comme d’habitude pendant un premier rendez-vous, c’est qu’on est nerveux. C’est ce qui est arrivé à Julie, une Toulousaine de 24 ans, quand elle a rencontré pour la première fois un homme avec qui elle correspondait sur Internet : « On était très mal à l’aise. La conversation était ennuyeuse, forcée, c’était affreux. Le fait que nous nous soyons envoyé des emails pendant 15 jours nous a mis la pression… c’était encore pire. » Plus tard, il lui a envoyé un SMS pour lui dire qu’il s’était amusé, et elle a su que si c’était son idée de s’amuser, ils ne se reverraient plus.
Mais ils ont recommencé à s’envoyer des emails, et deux semaines plus tard, ils se sont revus, plutôt comme des amis, d’après Julie, et le temps aidant, leurs sentiments ont évolué, et ils ont commencé à sortir ensemble. « Si je ne lui avais pas donné une deuxième chance, je serais passée à côté d’une belle histoire », admet-elle.
Il faut parfois beaucoup de temps pour tisser des liens, surtout pour des personnes qui se sont rencontrées sur Internet. Quand elles se rencontrent pour la première fois et qu’il n’y a pas de lien, c’est surtout parce qu’elles sont nerveuses. Elles ne se sentent pas capables d’être elles-mêmes.

Raison nº 3 : avec la pratique, il devient plus facile de communiquer avec quelqu’un qu’on ne connait pas
Quand il avait une vingtaine d’années, Bruno, un Lyonnais qui en a aujourd’hui 46, préférait sortir avec un autre couple quand il rencontrait une femme pour la première fois. « C’était plus facile pour tout le monde, et les femmes étaient plus à l’aise s’il y en avait une autre », raconte-t-il. Mais dans un cas particulier, ça ne s’est pas si bien passé : « Elle ne disait quasiment rien. Il fallait lui arracher les mots l’un après l’autre. Je me suis dit “ça ne colle pas, nous sommes totalement incompatibles.” » Joëlle, sa compagne, en a elle aussi un mauvais souvenir : « C’était horrible. Ils parlaient tous espagnol, et moi, je n’en parle pas un mot. J’étais mal à l’aise, je n’avais rien à dire. »
Bruno et Joëlle n’avaient pas prévu de se revoir, mais ils se sont retrouvés plus tard à une soirée. Ils ont commencé à s’appeler, puis à sortir ensemble… puis ils se sont mariés. « La première impression n’est pas toujours la meilleure », commente Bruno. « Si je devais donner un conseil, ce serait qu’on n’a rien à perdre à proposer un deuxième rendez-vous. Il fera peut-être la différence, et vous trouverez l’âme sœur, et pas seulement un bon ami. »
Les psychologues conseillent toujours de proposer trois rendez-vous, sauf s’il y a de vrais signaux d’alarme. Un changement de décor peut aussi aider. Si Bruno et Joëlle s’étaient revus, cette fois en tête à tête, elle se serait sûrement sentie plus à l’aise et aurait été plus loquace… Et ils auraient eu moins de mal à tisser des liens.

Raison nº 4 : un peu d’humour peut faire des merveilles si l’on est mal à l’aise pendant un premier rendez-vous
Gilles, un Parisien de 50 ans, pensait que c’était une bonne idée d’inviter une femme à une exposition dans une galerie d’art… jusqu’à ce qu’ils constatent qu’ils devaient regarder, une personne à la fois, une douzaine de dioramas représentant une chambre à coucher où étaient mis en scène des sentiments amoureux, du désir à la jalousie en passant par les amourettes. « C’était très intense, et pas du tout approprié pour un premier rendez-vous », se rappelle Gilles. « Elle était stupéfaite, et à vrai dire, elle croyait que je la testais. Ça ne nous a clairement pas aidés à faire connaissance. »
Cela fait maintenant 21 ans qu’ils sont mariés : il l’a appelée et suppliée de lui accorder un deuxième rendez-vous, et elle a accepté. Quand ils y repensent, ça les fait rire, mais sur le coup, c’était gênant. Quand quelque chose vous fait monter le rose aux joues, ne faites pas comme si de rien n’était : occupez-vous-en et passez à autre chose. S’il y a eu un moment gênant ou que vous avez l’impression d’avoir raté votre premier rendez-vous, faites preuve d’humour : ça peut détendre l’atmosphère.

Quand faut-il arrêter les frais ?
Parfois, même si tout le monde fait des efforts, un rendez-vous se passe tellement mal que vous avez tous les deux envie que ce soit le premier, et aussi le dernier. N’acceptez pas un deuxième rendez-vous si vous avez l’impression que l’autre personne vient d’un tout autre univers. S’il y a un véritable gouffre entre vos croyances, vos objectifs, vos valeurs et vos visions du monde, ça ne sert à rien d’insister.
Et bien sûr, si vous vous sentez en danger, si l’on ne respecte pas vos valeurs, ou s’il y a tout autre signal d’alarme, ne vous sentez pas obligé de donner une deuxième chance à quelqu’un. Vous seul savez si cette personne mérite un autre rendez-vous ou s’il vaut mieux passer à autre chose.