Textos : le bon dosage pour ne pas être lourd(e)

Lorsqu’une relation amoureuse débute, il n’est pas toujours facile de savoir comment se comporter avec son/sa partenaire, afin de ne se montrer ni trop distant(e) ni trop envahissant(e). Déterminer la fréquence à laquelle on lui enverra des textos fait partie de cette réflexion. Comment trouver le bon dosage ? Suivez ces quelques conseils pour savoir comment procéder.

Envoyer des textos à votre amoureux/amoureuse, oui, mais sans abus !

Il peut être compliqué de déterminer à partir de combien de textos par jour votre partenaire pourrait être importuné(e). Tout dépend en réalité de sa propre utilisation de cette méthode de communication (et de la vôtre). S’il/elle a tendance à vous en envoyer dix par jour et que cela ne vous dérange pas, répondez-y dès que possible et dans un délai raisonnable, c’est-à-dire, moins de 24 heures après sa réception, sans quoi ce long délai pourrait être pris par votre partenaire comme une marque de désintérêt.

En revanche, si vous n’obtenez pas de réponse immédiate à vos propres textos (notamment si votre partenaire occupe un emploi qui lui laisse peu de temps libre durant ses heures de travail ou qu’il est réticent ou qu’elle est réticente à l’idée d’utiliser trop souvent son portable), deux à trois textos par jour seront amplement suffisants, notamment si vous vous téléphonez ou vous envoyez des mails en soirée, lorsque vous n’êtes pas ensemble.

Pourquoi trop de textos pourraient-ils nuire à votre relation ?

Un envoi massif de textos, avec des phrases comme « Avec qui es-tu ? », « Que fais-tu ? » ou encore « Où es-tu ? » pourrait être interprété rapidement par votre partenaire comme un manque de confiance et une tentative « d’espionnage » à distance.
Cela pourrait aussi devenir étouffant et lui faire craindre de ne plus avoir un seul instant de liberté.
En outre, si votre partenaire est salarié(e), recevoir des textos à longueur de journée pourrait être ennuyeux, voire embarrassant vis-à-vis de ses collègues ou de son supérieur. Il en résulterait tout simplement une coupure de la sonnerie de son téléphone afin de ne plus être importuné(e), ce qui n’est certainement pas le résultat recherché !