5 choses à dire à une fille qui vient de se faire larguer

Lorsqu’on se fait larguer, on entend bien souvent des tas de choses… qu’on n’a pas du tout envie d’entendre : « Tu méritais mieux, de toute façon », « Je t’avais dit que c’était un salaud », « J’ai jamais osé te le dire mais je l’avais vu avec une autre fille ». Mais qu’a-t-on vraiment envie d’entendre ? Tour d’horizon de 5 petites phrases qui font du bien.

« C’est pas de ta faute »

« C’est ma faute s’il m’a quittée, j’aurais dû être plus présente, moins jalouse, plus ceci, moins cela… » Ou encore « J’aurais dû le voir qu’il me trompait, je suis vraiment débile, pas étonnant qu’il m’ait quittée… » : Quand une fille se fait larguer, elle a tendance à culpabiliser. Ce qu’elle aimerait entendre ? Que non, ce n’est pas de sa faute, et que si coupable il y a, ce n’est pas elle mais lui.

« Il va s’en mordre les doigts, tu vas voir »

Certes, quand vous direz ça à votre meilleure amie qui vient de se faire lâchement larguer, vous n’en saurez rien. Et peut-être même que vous n’y croirez pas du tout, mais peu importe. Pour l’instant, le but est d’apaiser son chagrin, juste maintenant, le temps de se remettre un peu. Parce que oui, se dire qu’il finira par le regretter, qu’il essaiera peut-être même de vous rappeler, eh ben, ça met du baume au cœur !

« Je l’ai croisé par hasard, il n’avait pas l’air bien »

Là encore, on vous autorise à mentir pour la bonne cause. Parce que oui, quand on souffre à en crever, ça nous rend malade de se dire que l’autre est peut-être en train de siroter joyeusement un Mojito. Si je suis mal et qu’il est mal aussi, c’est moins dur à supporter, non ?

« C’est sa mère qui va être déçue. Elle t’aimait bien »

Au départ, ça n’a pas été facile avec sa mère. Mais avec le temps, elle a appris à vous connaître et à vous aimer. Enfin, vous croyez. Bref, ça vous ferait vraiment du bien de savoir qu’elle lui a passé un bon savon en lui disant qu’il ne trouvera jamais mieux que vous.

J’ai vérifié : il n’a pas changé son statut en célibataire

Ça va venir. Sûrement. Mais pour l’instant, ça vous rassure de savoir qu’il est toujours « virtuellement » en couple avec vous. Oui, bon, ça vous fait pleurer aussi. Mais ça vous fait du bien quand même. Vous vous dites qu’il n’est peut-être pas sûr de vouloir vous quitter… Et puis, comme ça, pas besoin d’expliquer à tous ses amis (qui sont aussi les vôtres et vice versa) que oui, c’est fini, qu’il est parti, etc, etc…